•     Dans la nuit du 4 au 5 mars 2015, le mur extérieur du bâtiment historique de l'Ecole Polytechnique Metsovio* d'Athènes, celui qui donne sur la rue Stournari ,a été recouvert d'une "fresque". Difficile de dire ce qu'elle représente : de larges badigeons noirs et blancs qui s'élancent du bas du bâtiment vers le haut.

     

    Street art, "ça" ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •      Il n'est pas besoin d'aller bien loin pour constater qu'entre le temps des promesses électorales et celui de la gouvernance (comme on aime à dire, ce doit être plus doux...), il peut y avoir un abîme : où est passée, par exemple, la taxation à 75% des très hauts revenus promise en 2012 ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • C'était le 16 février 2015 au carnaval de Düsseldorf

     

          Le carnaval est l'occasion de débrider les imaginations et de se laisser aller à toutes sortes de transgressions. Il arrive aussi très souvent que, comme dans les comédies d'Aristophane, l'actualité soit mise en scène, en l'occurrence, dans un carnaval,  mise en char !

     

    Carnaval à Düsseldorf

     

          Le chroniqueur Pandélis Boukalas qui en fait l'objet de son billet* (Kathimerini 18.02.2015) se demande, si par hasard, Syriza n'aurait pas un poste avancé et un soutien particulier chez les Linke de Düsseldorf !  Non, apparemment même pas ! Vive Carnaval Liberator ! Et tous les Allemands ne sont pas des "mishellènes". 

    Au carnaval de Düsseldorf

        Dans la réalité non carnavalesque, c'est Angela Merkel qui a le dessus et on voit les Moscovici, Hollande et Lagarde reculer et se faire tout petits devant un Schaüble ou un Daiselblum... Cette toute-puissance arrogante est sidérante.

    Ulysse et "la" Cyclope

     

    *************

    Comme il était prévisible, Prokopis Pavlopoulos a été élu Président de la République au 1er tour de scrutin : 233 voix sur 300.  

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •     Petit rappel, car, vu une actualité pléthorique et tumultueuse, on a peut-être oublié que c'est faute d'avoir pu élire un président de la République fin décembre 2014 que le Parlement a été dissous, et qu'il y a eu des élections législatives lesquelles ont été remportées par le parti d'Alexis Tsipras, Syriza.

        Le premier acte du nouveau Parlement devait être l'élection d'un Président de la République : encore fallait-il qu'il y ait un accord sur une ou plusieurs candidatures. Traditionnellement -ce qui s'est produit à plusieurs reprises du moins -, quand la majorité parlementaire est à gauche, on élit un président de droite, et vice-versa.

         Tsipras n'a pas rompu avec cet usage : il a néanmoins insisté dans l'annonce de la candidature sur le fait qu'il avait bien entendu ceux qui l'incitaient à choisir un candidat de gauche, mais la sagesse l'a emporté sur l'arrogance.*

         Le candidat choisi par le Premier Ministre et sa majorité appartient donc au parti de droite Nea Dimokratia : Prokopis Pavlopoulos, né en 1950. Ce juriste, professeur de droit a été Ministre de l'Intérieur de 2004 à 2009. Ce choix sera soutenu par la ND tandis que les partis Potami et Pasok proposent un autre candidat Nikos Alizivatos, professeur de droit constitutionnel à l'Université d'Athènes. Ce ne devrait pas être un obstacle à l'élection de Prokopis Pavlopoulos, et espérons-le, au 1er tout de scrutin, car le temps presse.

    L'élection présidentielle doit avoir lieu mercredi 18 février à 19h30.. 

    * «Όμως η Αριστερά δεν υπήρξε ποτέ αλαζονική»

    Lu sur le site La boîte de Pandore / Το κουτί της Πάνδωρας : Angela Merkel et ses diplomates exercent des pressions sur l'entourage de Tsipras pour qu'il change de Ministre de l'Economie : Varoufakis serait un piètre négociateur, ce qui ne fait que confirmer que c'est un excellent négociateur... Inutile de dire que le réponse est une fin de non-recevoir...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •      Art, blasphème et liberté d'expression (l'intitulé du petit colloque qui venait de commencer dans un centre culturel de la capitale danoise) ont encore une fois déclenché la haine meurtrière d'un islamiste : un mort, tué à bout portant à l'extérieur. Tard, dans la soirée, après minuit, ce même individu s'est rendu dans une synagogue où se déroulait une fête de confirmation, et en a abattu le gardien, non armé, avant de s'enfuir et de regagner son domicile. Alors qu'il tirait sur les policiers venus l'arrêter, il a été abattu.

        Une reprise du "scénario" parisien  : des artistes et/ou des intellectuels d'abord, puis des juifs  ...

     

    Plantu, Le Monde du 17.02.2015

    Copenhague, 14 février 2015

     

    Dessin de Marangkos, Ethnos du 17.02.2015

    Copenhague, 14 février 2015

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique