•     Pour la première fois depuis son installation dans ces lieux construits en 1872,  l'EFA* ouvre ses portes au public, à l'occasion d'une exposition qu'elle accueille dans son jardin aux arbres centenaires, exposition dédiée à la sculpture contemporaine.

    TERRAPOLIS, jusqu'au 26 juillet 2015

    Entrée libre

    L'Ecole Française d'Athènes (EFA) ouvre ses portes

    Citrouille de l'artiste japonaise Kusama

         

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  • Les parapluies de.... Οι όμβρελλες / ombrelles

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  •  Missing sister : Τριλογία /Trilogie

         Cela fait trois ans que l'artiste-photographe Amalia Sotiropoulou s'est artistiquement engagée dans la "campagne" pour le retour à Athènes des Elginia, les marbres du Parthénon arrachés par Elgin en 1803, marbres que  le Britsh Museum lui a achetés. Elgin avait également fait enlever du portique de l'Erechteion une des Caryatides. L'Absente, donc.

          En 2013, l'artiste a eu l'idée de faire sortir, photographiquement parlant, les six Caryatides du Musée de l'Acropole et de leur faire découvrir Athènes : les cinq authentiques et le moulage de la sixième. Elles étaient en place jusque 1975, date à laquelle elles ont été enfermées dans le Petit Musée de l'Acropole : il fallait les protéger moins des intempéries que de la pollution. Depuis juin 2009 (ouverture du Nouveau Musée), on peut s'en approcher et les voir de dos ! Les chevelures et coiffures sont sublimes !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  •      Le musée Benakis du 138 Pireos ( rue du Pirée) accueille jusqu'au 20 mai 2015 une rétrospective de Kosmas Xenakis (1925-1984), le plus jeune des trois frères Xenakis : Iannis, l'aîné, le musicien et Jason le philosophe.

         Kosmas commence à peintre très jeune, dès 1940 lorsqu'il rejoint l'EPON, l'organisation des Jeunesses communistes engagée dans la résistance contre l'occupant allemand.

     

    Kosmas Xenakis, un artiste oublié

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Inaugurée le 18 février, l'exposition sera visible jusqu'au 17 mai 2015

    (ouvert tous les jours, sauf mardi, de 12h à 24h)

    "Takis, le sculpteur des forces invisibles"

     

        Le Palais de Tokyo rend hommage au sculpteur grec Takis pour ses 90 ans et présente une cinquantaine de ses œuvres parmi les plus spectaculaires dont Le siècle de Kafka (1984). L'exposition a pour titre : Champs magnétiques, une des sources d'inspiration du sculpteur avec les espaces modernes, comme les aéroports, les gares, les tunnels ou les nouveaux quartiers : à La Défense, dans l'axe de l'Arche  il a imaginé et construit un plan d'eau "habité" par 49 feux lumineux de différentes couleurs dont la hauteur varie de 3,50 m à 9 mètres.

     

    Exposition Takis au Palais de Tokyo : à ne pas manquer !

       Paris, La Défense (photo publiée dans Kathimerini)

        La video ci-dessous donne un aperçu de l'exposition et des inventions magnétiques de Takis, inventions qui participent de l'art et de la science.

     

    Culture box (cf aussi un texte de présentation  intéressant) 

       Panayiotis  Vassilakis, dit Takis, est né à Athènes en 1925 dans une famille de réfugiés. Son enfance fut sombre, puis c'est la guerre, l'occupation allemande, le terrible hiver de 1941... Engagé dans les Jeunesses communistes, il connut aussi la prison. Dès 1946, il s'essaie aux arts plastiques en autodidacte, et décidε d'aller tenter sa chance à l'étranger. A partir de 1954, il se pose, partageant son temps entre Paris et la Grèce. Il voyage aussi beaucoup aux USA, fréquente la Beat Generation, rencontre Duchamp, vit un czertain temps à Londres...

        Takis est un artiste atypique et inclassable, même si on peut le rapprocher des Nouveaux Réalistes, de Calder, Tinguely, et encore de Giacometti, Duchamp. Très tôt, il a voulu établir une jonction entre les arts plastiques et la science et il travaillera avec des scientifiques au MIT et ailleurs : Sculptures télémagnétiques, Sculptures musicales, Télélumières, Signaux etc.  Il s'intéresse aussi au cinéma et au théâtre et, entre autres travaux, il crée  les décors et la musique d' Electre de Sophocle, mise en scène par Cacoyiannis pour le théâtre d' Epidaure.

         Un artiste immense et passionnant,  d'une inventivité permanente.

         A partir du début des années 1990, il s'est définitivement établi en Grèce (tout en travaillant toujours beaucoup à l'étranger) où il a fondé le Centre des Arts et des Sciences à Gerovouno, en Attique. En 2000, il a installé à Delphes un Hommage à Apollon, une immense sculpture cinétique, mue par énergie photovoltaïque : c'est, en Grèce, sa plus grande œuvre dans un lieu public. 

        Si vous passez par Houston, vous pourrez aussi y admirer 25 de ses œuvres  "Quatrième dimension" à la Menil collection, Musée d'art moderne et contemporain, jusqu'au 26.07.2015. 

        Estafilades : son autobiographie, 1961 (disponible)

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique