• "Dialogue mélien" à Bruxelles

    "La justice est prise en considération dans les discussions quand il y a égalité des forces, sinon les puissants imposent leur pouvoir et les faibles cèdent."

    Thucydide Guerre du Péloponnèse Livre V.89

    "δίκαια μὲν ἐν τῷ ἀνθρωπείῳ λόγῳ ἀπὸ τῆς ἴσης ἀνάγκης κρίνεται, δυνατὰ δὲ οἱ προύχοντες πράσσουσι καὶ οἱ ἀσθενεῖς ξυγχωροῦσιν" 

     

    "La justice est prise en considération dans les discussions quand il y a égalité des forces, sinon les puissants exercent leur force et les faibles cédent."

    Thucydide Guerre du Péloponnèse Livre V.89 416

    "δίκαια μὲν ἐν τῷ ἀνθρωπείῳ λόγῳ ἀπὸ τῆς ἴσης ἀνάγκης κρίνεται, δυνατὰ δὲ οἱ προύχοντες πράσσουσι καὶ οἱ ἀσθενεῖς ξυγχωροῦσιν"

        Un des propos que les ambassadeurs Athéniens tinrent aux Méliens (habitants de l'île de Milos dans les Cyclades) pour leur faire comprendre que leur refus de se joindre à eux dans le conflit contre Sparte et de payer un tribut, aurait des conséquences catastrophiques. Les Méliens ne cédèrent pas et la flotte athénienne débarqua dans l'île : les hommes en âge de porter les armes furent exécutés et le reste de population fut réduit en esclavage. Les Spartiates ne vinrent pas à leur secours, bien que les Méliens fussent d'origine spartiate... Cela se passa en 416 - av. J.-C.

           L'historien relate longuement cet épisode sous la forme d'un long débat au cours duquel Athéniens et Méliens avancent leurs arguments respectifs, débat souvent commenté et que l'on appelle traditionnellement, "dialogue mélien".

            Vu le déroulement des négociations à Bruxelles, cet épisode sombre fait l'objet d'un article ou deux dans la presse grecque. Le juste et l'injuste, la solidarité, la fraternité, l'égalité etc sont très variables selon les circonstances et les enjeux. La  victime, aujourd'hui, c'est la Grèce et son chef de gouvernement Tsipras. Après Bruxelles, il va devoir affronter Athènes... Rien n'est moins sûr qu'il soit compris...  Urgence pourtant à remettre le pays en état de marche en laissant de côté les différends idéologiques...

    **************

            Athènes, "berceau de la démocratie", un de ces stéréotypes que l'on entend et retrouve partout, et qui, comme tous les clichés et autres éléments de langage, est une coquille vide  : certes, Athènes a inventé la démocratie, un régime politique et une organisation inédites et remarquables. Cette démocratie s'est appuyée sur l'esclavage. N'en soyons pas horrifiés : ce n'est pas parce que le terme n'est plus usité que la "chose" n'existe plus, sous une forme ou une autre... Athènes est vite devenue une thalassocratie impérialiste qui a bien profité de ses alliés, lesquels ont souvent été obligés de le devenir, sous peine d'être punis, voire éliminés. Il ne faut ni l'oublier ni l'omettre...

             Les dirigeants européens devraient lire  (relire ?...) ou se faire lire Thucydide...  

    ************* 

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :