• Et Jan Fabre vint... puis s'en alla...

       Exit le Festival Hellénique d'Athènes et d'Epidaure,

    place désormais au Festival International d'Athènes et d'Epidaure An 1.

    Ainsi en a décidé le nouveau Directeur

          A la fin de l'automne 2015, le directeur du Festival, Giorgos Loukos a été limogé. Il aurait manqué de vigilance dans la surveillance des comptes, certaines factures auraient payées deux fois suite à un dysfonctionnement comptable, si du moins j'ai bien compris, car j'ai fini par perdre le fil d'un feuilleton de plus en plus abscons.

         Aucune malversation, aucun enrichissement personnel ne lui ont été reprochés : sans doute voulait-on, tout simplement, s'en "débarrasser"... lui qui, tout en respectant ce patrimoine culturel qu'est le Festival, lui a donné un élan nouveau. Ses qualités et  ses choix dans la programmation ont été quasi unanimement loués, une programmation qu'il voulait internationale ET grecque, ouverte sur la jeune création internationale ET grecque. Cf sur ce blog Festival 1955 - 2015 Le public était satisfait et a toujours répondu présent !

         Après une période d'indécision - mettre en place un comité de pilotage pour la saison 2016 ou carrément l'annuler - , le Ministre de la Culture, Aristidis Baltas, a fait appel à Jan Fabre nommé le 10 février. Il faut noter aussi qu'il a nommé (ou du moins avec son aval) un Français à la direction du musée Benaki, un Allemand à celle du Centre Grec de la Cinématographie, une Française à celle du Festival de cinéma de Thessalonique... ce qui laisse plus que perplexe... C'est peu de dire que les artistes grecs, ainsi snobés, sont furieux.

        Jan Fabre est certes un grand artiste internationalement reconnu, mais de là à en faire le continuateur de Spinoza, ainsi que l'a qualifié le Ministre de la Culture Aristidis Baltas !...  Flagornerie ou radotage. C'était mardi 28 mars 2016 dans l'Odéon du Musée de l'Acropole, lors de la rencontre avec la presse (sans artistes grecs....) et de la présentation par Jan Fabre de SON programme.

         Avec beaucoup de morgue et de suffisance, Jan Fabre a déclaré qu'il ne connaissait rien du Festival et qu'à la limite il s'en moquait, puisqu'il c'est le SIEN qu'il allait faire, à la manière d'une installation artistique personnelle sur 4 ans, avec une orientation internationale (le changement dans l'intitulé, c'est lui)

         2016 sera  un festival consacré, par conséquent... à la Belgique et à la scène belge, puisque c'est ce qu'il connaît le mieux : ce sont ses propres termes. Seront présentées ses propres œuvres et 30 spectacles belges. Pas de créations grecques : des spectacles grecs il n'y aura que ceux des "institutions" : Théâtre National, Théâtre ce la Grèce du Nord et Scène Lyrique. Est-ce si sûr ?

         A partir de 2017, a t-il dit, il s'intéresserait à la scène grecque, en la construisant d'année en année... Il est sûr que le temps lui a manqué pour la connaître cette scène grecque, mais si cela l'avait intéressé, il pouvait trouver des assistants, conseillers et initiateurs. Les années 2017 et 2018 seront des années de coopération avec des plasticiens, des artistes, des assistants et des écrivains qui ont travaillé avec lui. Au programme, il y aura aussi de la littérature et des ateliers de traduction : traduction d'auteurs belges et de ses propres œuvres, théâtrales et théoriques. Et en 2019, il présentera son œuvre spécialement conçue pour le festival : Greek Matrix, reposant sur des mythes grecs, et on pourra aussi voir des célébrités comme Castelucci, Isabelle Huppert, Bob Wilson, et enfin des artistes grecs...

         Les protestations auprès du ministre de la Culture n'ont évidemment pas tardé : et "on" s'essayait à un rattrapage.

    Mais, à l'instant, la page internet de Kathimerini annonce la démission de Jan Fabre.

       PS : En novembre 2015, le Ministre Baltas a ouvert le colloque qui s'est tenu à Lavrio à l'occasion de la commémoration des 150 ans de la ville minière. D'une platitude, d'une indigence affligeantes : il était visiblement pressé d'en finir, d'allumer sa "clope" et de partir (ou d'aller dîner). J'en ai gardé une impression désagréable. Fin décembre 2014, j'ai eu l'occasion de rencontrer Loukos : quel plaisir !  

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Christine
    Samedi 2 Avril 2016 à 18:08

    Ian Fabre démissionne, espérons que le bon sens l'emporte ! et le respect du pays !

      • Samedi 2 Avril 2016 à 20:05

        On va rentrer encore une fois dans une longue phase d'indécision et de polémiques, et le Festival 2016 risque fort d'être annulé. Hier soir, un collectif d'artistes demandait la démission de Jan Fabre (c'est fait) et celle du ministre ! A suivre.

        Merci pour ton passage Christine !

    2
    marie aline
    Samedi 2 Avril 2016 à 21:32

    Mais ce n'est pas possible ! Quelle folie !

    Mais où va t'on ????

    Madeleine c'est exactement le 11 janvier 2015 que tu as rencontré avec moi Yorgos Loukos le jour est marqué dans ma mémoire car c'était le jour de la grande marche de solidarité pour les journalistes de Charlie assassinés. Merci de m'avori tenu au courant .

      • Samedi 2 Avril 2016 à 21:44

        Merci pour la précision : je ne savais plus exactement...

        Demain je traduirai la lettre de démission de Fabre et la lettre de Baltas qui l'accompagne.

    3
    Marie-Joëlle Naulin
    Dimanche 3 Avril 2016 à 10:21

    Quel rapport  entre Jan Fqbre et Spinoza? Je débarque!!?

    M.J.N.

      • Dimanche 3 Avril 2016 à 11:10

        Très fumeux ! Parce que Jan Fabre est flamand, peut-être... Une histoire plutôt dingue !

    4
    Marie-Joëlle Naulin
    Dimanche 3 Avril 2016 à 15:29

    Oui, c'est fumeux! Jacques Brel aussi était belge....Merci pour ton éclairage!

      • Dimanche 3 Avril 2016 à 16:26

        Baltas a même vu dans les yeux de Fabre "l'esprit de Spinoza" Demain interview de F dans Kathimerini

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :