• Festival d'Athènes et d'Epidaure : 1955-2015

         2015, les 60 ans du Festival, drôle d'anniversaire...

          MAIS, malgré les difficultés, les annulations faute de liquidités et de certitudes sur la capacité à financer, le Festival 2015 continue son chemin, gràce à la volonté de ceux qui en ont la responsabilté, à la compréhension des troupes et des artistes qui doivent faire face à des frais non prévus, et grâce à la fidélité et l'enthousiasme du public.

         La transmission de l'héritage  du théâtre antique, la découverte des formes artistiques nouvelles, l'art et la culture en général semblent avoir plus de sens et de nécessité que jamais...   

         Le Festival est aujourd'hui dirigé par Giorgos Loukos, ancien danseur de renommée internaionale et directeur de la danse à l'Opéra de Lyon. En poste depuis 10 ans, il a su impulser un élan nouveau à un festival qui "ronronnait" et manquait d'inventivité. Il lui a redonné l'éclat de ses débuts en invitant des créateurs reconnus sur la scène internationale et nationale grecque, tout en faisant appel, non sans audace et sans risque, à de jeunes talents tant étrangers que grecs.

         Le Festival se déroule désormais dans plusieurs lieux à Athènes et au Pirée, ce qui permet de diversifier le programme, et Loukos a à cœur aussi, en lien avec l'association Diazoma, de redonner vie à ces nombreux théâtres antiques dispersés sur le territoire : c'est une façon de délocaliser le festival afin que le plus grand nombre  puisse  prendre part à cette "fête de la danse, de la musique et  du théâtre".  

     1955

       Depuis 1953 la Grèce est sous la poigne du Maréchal Papagos. Le Ministre d'Etat Giorgos Rallis, réussit à le convaincre de lui donner également la responsabilité du tourisme. C'est dans ce cadre qu'il crée le Festival d'Athènes  en tant que manifestation annuelle dédiée au théâtre et à la musique.

        Il en confie la direction artistique au metteur en scène Dinos  Yannopoulos qui faisait carrière aux USA, et auquel il laisse toute liberté de programmation : les spectacles auront lieu à l'Odéon Hérode Atticus dont la rénovation avait commencé au XIXème siècle et qui depuis le début du XXème accueillait ponctuellement des spectacles ou, à partir de 1936 (dictature de Metaxás), des manifestations patriotiques.

     

    Adossé au flanc sud de l'Acropole, l'Odéon Hérode Atticus, construit en 161 av. J.-C.

    Festival d'Athènes et d'Epidaure : 60 ans

    Festival d'Athènes et d'Epidaure : 60 ans

     L'Odéon Hérode Atticus aujourd'hui

        Rallis mettait ainsi en oeuvre l'idée d'un immense homme de théâtre, Rondiris, le premier à avoir "revisité" le théâtre antique et  l'avoir mis en scène dans son "milieu naturel", en plein air. Sa mise en scène de l'Electre de Sophocle fut donnée à Epidaure en 1938 (1ère fois depuis l'Antiquité qu'il y avait à nouveau du théâtre dans ce lieu)), et en 1949, il présenta à l'Odéon Hérode Atticus la Trilogie d'Eschyle (Agamemnon, Choéphores, Euménides). Le Festival d'Epidaure se "pré-officialisa" en 1954 avec l' Hippolyte d'Euripide, et c'est  avec Hécube du même auteur tragique, dans la mise en scène de Minotis, que le Festival d'Epidaure fut inauguré.

       Le Festival d'Athènes, lui, fut inauguré le 24 août 1955 par un concert de l'Orchestre Symphonique d'Athènes dirigé par son chef permanent Theodoros Vavayiannis, élève de Mitropoulos : y participait, en tant que soliste, une des plus grandes voix de l'époque, la mezzo Elena Nikolaïdi, du Metropolitan Opera.

         Pour la clôture de ce 1er festival d'Athènes,  Yiannopoulos, put faire venir à Athènes, avec l'aide financière de l'armateur Goulandris, le chef Mitropoulos et la Philarmonie de New-York qui faisaient une tournée européenne. Il y eut deux concerts à l'Odéon Hérode Atticus les 1 et 2 octobre, et un 3ème, presque au débotté, au cinéma-théâtre Orpheas. C'était la 1ère fois que Dimitris Mitropoulos se produisait en Grèce depuis son installation aux USA en 1937. Un triomphe. Cf video ci-dessous

         Le programme est annoncé par Mitropoulos lui-même : l'ouverture de La force du destin de Verdi (video), suivie des Variations sur un thème de Haydn de Brahms et de quatre Danses du compositeur grec Skalkotas (1904-1949), et, en 2ème partie, la Troisième Symphonie de Beethoven. 

     

       ************

         Les deux axes du Festival étaient : faire venir les grands orchestres et les musiciens mondialement connus et redonner vie aux grandes œuvres du théâtre antique, celles des auteurs tragiques. Ce n'est que plus tard que la danse fut au programme, et plus tard, en 1957, que la comédie d'Aristophane fit son entrée à Epidaure, et en 1959 à l'Odéon Hérode Atticus, avec fracas ! La mise en scène haute en couleurs  que Karolos Koun* avait concoctée pour Les Oiseaux d'Aristophane fit scandale et les représentations suivantes furent annulées.

        Dans ces années-là, il n'y a plus de place pour l'inventivité, toute nouveauté suscitant le rejet. en outre, le monopole exercé par le Théâtre National d'Athènes, seul autorisé à jouer à Epidaure, faisait que le Festival sombrait dans le rabâchement et le provincialisme... Le Festival devint même le champ de bataille entre les tenants de la Modernité et ceux, plus nombreux, de la Tradition, puis vinrent les colonels... Et ce fut alors la Tradition  la plus étriquée, la plus édulcorée et la plus nationaliste qui soit qui devint la norme. Leur idée fixe était la lutte contre le cosmopolitisme occidental où ils voyaient le virus de la décadence, de l'immoralité et du crypto-communisme.

        Après la chute de la junte en juillet 1974, un vent de liberté régénéra les esprits et le Festival,  C'est alors que le Théâtre National perdit son exclusivité et que le Théâtre de Thessalonique et celui d'autres villes purent s'y montrer. Karolos Koun (Théâtre d'Art) revint avec Les Oiseaux d'Aristophane, et à Epidaure cette fois !

        Mais bien vite, tout cela retomba... Les managers du Tourisme, la bureaucratie tâtillonne des ministères, une absence totale de choix artistiques firent que le Festival devint un fourre-tout avec le meilleur et surtout le pire. Pas le moindre  effort pour renouveler et diversifier le public ni pour faire du Festival d'Athènes et d'Epidaure un lieu de création et de découverte, un lieu ouvert, ce qu'il est à nouveau aujoud'hui, plus que jamais.

     Festival Athènes Epidaure (site officiel en grec et en anglais)  

    * Karolos Koun (1908-1987) Il était né dans l'empire Ottoman à Proussa (BursaTurquie actuelle) et avait fait ses études à Constantinople, puis à la Sorbonne. Il s'installa à Athènes en 1929. Disons que ce fut le Giorgo Strehler grec, et sa troupe, le Théâtre d'Art, un équivalent du Piccolo Teatro

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :