• L'affaire Festival

    La lettre de démission - très laconique - de Jan Fabre adressée au Ministre 

    vient d'être rendue publique.

    Elle est accompagnée d'un communiqué du Ministre.

     

          "C'est avec une grande tristesse que le Ministre de la Culture et du Sport, Aristidis Baltas, a reçu la lettre de démission qui suit .  

           "Par la présente, moi, Jan Fabre, je démissionne du poste de directeur artistique (curator*) du Festival Grec. J'avais accepté la proposition du Ministre de la Culture de Grèce, à savoir de procéder aux choix artistisques avec une pleine liberté. Il ne semble pas que cela soit possible en Grèce. Je ne désire pas travailler dans un environnement artistique hostile, alors que j'arrivais aves ouverture d'esprit et de cœur. Je souhaite aux artistes grecs bonne chance dans leur travail et leur Festival. Jan Fabre 2 avril 2016."

            Il faut noter ici que Jan Fabre est venu en volontaire pour apporter sa contribution à la Grèce de la crise. C'est dans cet esprit qu'il s'est chargé d'organiser dans un temps très court le Festival Grec, limitant de lui-même la totalité de ses émoluments à 20 000 pour chaque année où il offrirait ses services  tant pour sa fonction de responsable artistique que pour les productions de sa troupe.

       La démission de Jan Fabre est le résultat d'une attaque concertée contre lui, attaque menée par les partis politiques, les média et une partie du monde artistique (en gras dans le texte). Les "assaillants" ont qualifié de façon sommaire comme anti-grec  un programme construit sur 4 ans, lequel visait non pas simplement à l'élargissement pur et simple du caractère international du Festival mais à l'internationalisation de la création grecque elle-même. Ils ont considéré comme persona non grata un créateur mondialement reconnu et ont bafoué en bloc et de façon concertée son travail artistique, réduisant ainsi à néant toute notion de liberté dans l'expression artistique. Avec un ensemble parfait, les média, de façon fragmentaire et intentionnelle, se sont focalisés sur un point infime de son travail, produisant des vues complètement erronées et jouant sur l'opinion publique.

         Les réactions hâtives des artistes, avant même que ne soit communiquée la totalité du programme du Festival, avec en particulier un argumentaire spécieux sur l'antihellénisme, conduisent à de lamentables conclusios tant en termes de la liberté de parole et d'expression en Grèce au 21ème siècle que de la place qu'elle veut avoir dans le devenir européen.

       Ce développement constitue un significatif renversement de ce qui est la règle de l'histoire humaine où les forces intellectuelles revendiquent la liberté de la parole et la défendent contre le pouvoir politique. Il semble que dans notre histoire, ce soit malheureusement le contraire.

       Il va de soi que le Ministre en collaboration avec le C.A. du Festival prendra immédiatement les mesures indispensables pour un meilleur fonctionnement de l'institution."

    *Lors de la présentation du programme Jan Fabre a fortement protesté disant "je ne suis pas né directeur artistique, je suis un artiste, je serai le curator" : "le directeur est un organisateur (programmer), le curator coordonne différentes idées artistiques et ainsi à l'intérieur construit un programme."

    NB : les pataquès ne sont pas une spécialité grecque, mais nous aussi avons notre part, et tout récemment avec la calamiteuse proposition de "déchéance de la nationalité"...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :