• Six - une

         Une fois mises en place dans le nouveau Musée de l'Acropole, les Cariatides ont été examinées sous toutes les coutures et ont subi, sur place, des traitements au laser qui ont duré un certain temps. Le musée a ouvert ses portes en juin 2009, et ce n'est que tout récemment que la plus abîmée est sortie de sa cabine de soins. Une video permet au visiteur d'en suivre les différentes étapes.

         Elles sont au premier étage du musée, disposées comme elles l'étaient à l'Erechteion, exposées à part, dans un lieu- balcon, de sorte que le visiteur, s'il se retourne ou quand il quitte le musée, peut les voir d'en bas, et du haut de l'escalier qui mène au 1er étage.

          A l'étage, on les aborde de dos, et le visiteur ne peu être que saisi par la beauté de leurs chevelures torsadées et le tombant des vêtements, - quand il a la chance de s'y trouver quasiment seul, sans groupes, sans photographes intempestifs ni "selfistes"... Cela arrive !

     

    Six - une

     

     

    Six - une

     

     

     

    Six - une

            

    Lord Elgin est déjà passé par là, lorsque le peintre et voyageur irlandais Edward Dodwell (1767-1834) dessine l' Erechteion 

    Six - une

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Décembre 2015 à 21:28

    Merci pour ce post, qui peut-être a été plus dur à composer...

     

    En fait, on voyait au musée (et on y voit toujours) une vidéo avec des scènes du traitement au laser, pas une prise en direct.

    Je n'aime pas la cage grise et sombre de l'étage-balcon. Elle y sont comme séquestrées, elles qui sur l'Acropole respiraient amplement par la droite et par la gauche. Et à plus forte raison j'ajoute ici le poème bien connu, et très cavafien, de Kiki Dimoula:

    Βρετανικό μουσείο (Ελγίνου μάρμαρα)

    Στην ψυχρή του Μουσείου αίθουσα
    την κλεμμένη, ωραία, κοιτώ
    μοναχή Καρυάτιδα.
    Το σκοτεινό γλυκύ της βλέμμα
    επίμονα εστραμμένο έχει
    στο σφριγηλό του Διονύσου σώμα
    (σε στάση ηδυπαθείας σμιλευμένο)
    που δυό βήματα μόνον απέχει.
    Το βλέμμα το δικό του έχει πέσει
    στη δυνατή τής κόρης μέση.
    Πολυετές ειδύλλιον υποπτεύομαι
    τους δυό αυτούς να 'χει ενώσει.
    Κι έτσι, όταν το βράδυ η αίθουσα αδειάζει
    απ' τους πολλούς, τους θορυβώδεις επισκέπτες,
    τον Διόνυσο φαντάζομαι
    προσεκτικά απ' τη θέση του να εγείρεται
    των διπλανών γλυπτών και αγαλμάτων
    την υποψία μην κινήσει,
    κι όλος παλμό να σύρεται
    τη συστολή της Καρυάτιδας
    με οίνον και με χάδια να λυγίσει.

    Δεν αποκλείεται όμως έξω να 'χω πέσει.
    Μιαν άλλη σχέση ίσως να τους δένει
    πιο δυνατή, πιο πονεμένη:
    Τις χειμωνιάτικες βραδιές
    και τις εξαίσιες του Αυγούστου νύχτες
    τους βλέπω,
    απ' τα ψηλά να κατεβαίνουν βάθρα τους,
    της μέρας αποβάλλοντας το τυπικό τους ύφος,
    με νοσταλγίας στεναγμούς και δάκρυα
    τους Παρθενώνες και τα Ερεχθεία που στερήθηκαν
    στη μνήμη τους με πάθος ν' ανεγείρουν.

    [πηγή: Κική Δημουλά, Ποιήματα, Ίκαρος, Αθήνα 2005 , σ. 36-37]

      • Dimanche 20 Décembre 2015 à 21:48

        L'espace est étroit, tu as raison. Je croyais que, ce que l'on voyait était le travail du restaurateur en direct : la video actuelle es évidemment un montage.  Merci beaucoup pour ce poème de Kiki DIMOULA : je ne le connaissais pas ! On ne peut plus cavafien, effectivement !

    2
    Dimanche 20 Décembre 2015 à 23:22

    Oui, un pastiche, quoi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :