• Angélique Ionatos chante et traduit Odysseas Elytis

         Dans chacun de ses concerts, Angélique Ionatos chante un ou plusieurs poèmes d'Odysseas Elytis, sur une musique de sa composition. Elle vient de publier aux Editions Cheyne (2015, 23 euros) une "anthologie vagabonde" de l'œuvre (immense) du poète grec de Mytilène. Edition bilingue.

    Angélique Ionatos chante Odysseas Elytis

         "Pourquoi faut-il impérieusement relire Odysseas Elytis (1911-1996), ce poète de la modernité grecque auquel s’attache une légende solaire en des temps si peu radieux ? Précisément, répond Angélique Ionatos qui vient de le traduire, parce que quand tout s’écroule, en Grèce peut-être plus qu’en tout autre endroit du monde, « reste la lumière ». (Mediapart)

     

    Le poème ci-dessous se trouve dans le recueil Soleil maître du soleil / Ήλιος ο ηλιάτορας 1971

     

    Belle mais étrange patrie

    Que celle qui m’a été donnée

    Elle jette les filets pour prendre des poissons

    Et c’est des oiseaux qu’elle attrape

    Elle construit des bateaux sur terre

    Et des jardins sur l’eau

    Belle mais étrange patrie

    Que celle qui m’a été donnée

    Elle baise le sol en pleurant

    et puis elle s’exile

    aux cinq chemins elle s’épuise

    puis toute sa vigueur reprend

    Elle menace de prendre une pierre

    Elle renonce aussitôt

    Elle fait mine de la tailler

    Et des miracles naissent

    Belle mais étrange patrie

    Que celle qui m’a été donnée

    Avec une petite barque

    Elle atteint des océans

    Elle cherche la révolte

    Et s’offre des tyrans 

    Elle enfante cinq grands hommes

    et puis elle leur brise l’échine

    quand ils ne sont plus

    elle chante leurs louanges

    Belle mais étrange patrie…

     

     

    Όμορφη και παράξενη πατρίδα
    ωσάν αυτή που μου `λαχε δεν είδα

    Ρίχνει να πιάσει ψάρια πιάνει φτερωτά
    στήνει στην γη καράβι κήπο στα νερά
    κλαίει φιλεί το χώμα ξενιτεύεται
    μένει στους πέντε δρόμους αντρειεύεται

    Όμορφη και παράξενη πατρίδα
    ω σαν αυτή που μου `λαχε δεν είδα

    Κάνει να πάρει πέτρα την επαρατά
    κάνει να τη σκαλίσει βγάνει θάματα 

    μπαίνει σ’ ένα βαρκάκι πιάνει ωκεανούς
    ξεσηκωμούς γυρεύει θέλει τύρρανους

    Πέντε μεγάλους βγάνει πάνω τους βαρεί
    να λείψουν απ΄τη μέση τους δοξολογεί
    Ομορφη και παράξενη πατρίδα
    Ωσάν αυτή που μου΄λαχε δεν είδα...*


    *Je ne suis pas sûre que ce soit la mise en forme exacte du poème grec : je ne possède pas ce recueil. De même pour l'orthographe de ώσαν quej'ai trouvée aussi sous le forme ω σαν...

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Fab
    Mardi 25 Août 2015 à 11:44

    Μ'αρέσει παρά πολύ , όπως πάντα!!!!!

    Σ'ευχαριστώ , Madeleine !

    2
    Samedi 29 Août 2015 à 22:43
    Merci ! Pas terrible le rythme du blog en ce moment...
    3
    Mardi 5 Juillet 2016 à 07:29

    J'aime beaucoup cette artiste que je suis depuis tant d'années, j'ai souvent été à ses concerts. Une grande dame. 

      • Mercredi 6 Juillet 2016 à 17:10

        Une grande dame avec une voix extraordinaire et un engagement total !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :